Articles

SQLI Enterprise et WAX Interactive : après Genève, Lausanne, maintenant Zurich !

Après l’implantation en Suisse romande (Genève et Lausanne) de SQLI Enterprise en 2007 et de WAX Interactive en 2012, le groupe SQLI – spécialiste de l’expérience connectée – vient d’ouvrir un bureau à Zurich. Bien que la liste des clients de SQLI Enterprise et de WAX Interactive soit importante, ces deux marques ont peu fait parler d’elles jusqu’à présent. Changement de stratégie suite au développement en Suisse alémanique. L’occasion de rencontrer – enfin – le Country Manager de SQLI Suisse, Renaud Detcheverry.

On ne fait jamais appel aux médias sans une raison précise. Pourquoi, après être resté si discret, souhaitez-vous désormais mettre en avant votre groupe ?
Notre récente implantation à Zurich nous a fait prendre conscience de notre manque de visibilité. Bien que nous soyons un groupe français, nous connaissons bien le tissu helvétique puisque nous avons depuis plusieurs années des agences à Genève et à Lausanne. De surcroît, une grande partie de nos clients ont un rayonnement national. Il était temps de nous revendiquer comme un acteur à part entière du marché suisse.

Vous vous présentez sous deux marques différentes : est-ce un atout ou un handicap ?
Ces deux marques ont une histoire différente. SQLI a été créé en 1990. L’ambition de cette société d’ingénierie informatique a été dès le départ de créer des outils dédiés au web. Son positionnement autour de l’innovation lui a permis de traverser les différentes crises d’Internet et depuis les années 2000, elle s’est développée en implantant des filiales en France, au Benelux et en Suisse. Son ADN n’a pas changé : réalisation onshore et offshore d’applications web, définition de stratégie digitale, intégration de solutions e-commerce (Magento, Hybris, Demandware), création de sites de communication, intranet / extranet (CMS), développement d’applications mobiles, d’objets connectés, etc.
En 2013, notre CEO – Didier Fauque – a fait évoluer notre proposition de valeur en intégrant davantage le marketing et la communication digitale, l’approche UX et le Customer Experience Management (CXM), éléments clés de la transformation digitale.
WAX Interactive a donc été créé pour compléter notre offre technologique et ainsi offrir une proposition de valeur complète autour de la transformation digitale. Nous répondons ainsi à une nouvelle attente du marché, qui correspond à la prise de pouvoir des responsables marketing dans le champ du digital.
Cette double approche est une chance, car elle nous permet aujourd’hui d’approcher de nouvelles marques par le biais par exemple de compétences UX/CX et de poursuivre ensuite avec des mandats plus technologiques.

Quel est votre déploiement en Suisse romande ?
Nous avons actuellement 40 collaborateurs à Genève et 70 à Lausanne. D’une structure verticale et totalement divisée par région, nous sommes passés à un modèle plus horizontal regroupant trois pôles organisés par compétences: Java & E-commerce, Microsoft et WAX Interactive.

Quel est votre taux de croissance ?
Notre revenu a progressé de 15% en 2015. C’est un très beau résultat compte tenu de la forte concurrence dans ce secteur. Voici sept ans, 80% de notre chiffre d’affaires provenaient de 5 ou 6 clients. Une situation qui pouvait s’avérer risquée. Nous nous sommes employés à élargir notre surface commerciale. WAX Interactive a été un très bon levier.
Aujourd’hui, nous avons triplé le nombre de nos clients et force est de constater qu’ils nous sont restés fidèles.

Votre déploiement sur Zurich n’est-il pas risqué ? Vous n’y êtes absolument pas connus. Et jusqu’à présent, rares sont les marques romandes qui y ont réussi leur implantation.
La réalité du marché suisse nous pousse à nous étendre sur Zurich. Les centres de décisions des grandes marques y sont tous établis. En Suisse romande, la marge de progression nous paraît plus limité car nous avons déjà touché les grands comptes qui pouvaient nous intéresser.

Comment vous êtes-vous préparés à aborder ce nouveau marché ?
Nous avons engagé Martin Luchsinger, ex-account Manager d’IBM Suisse et d’Interxion. Il connaît le marché alémanique depuis 15 ans et il est en train de rencontrer les grandes entreprises pour présenter nos prestations. Nous sommes confiants.

Y a-t-il une grande différence de prix entre la Suisse romande et alémanique ?
Je m’attendais à un plus grand écart. En fait, les tarifs ne sont plus élevés que de 10 à 15%.

Quel est votre avantage concurrentiel ?
Notre offre globale et intégrée combinant Conseil, Technologies et Marketing digital. Ce modèle n’est pas encore très courant à Zurich.

Et votre frein ?
Nous allons devoir constituer des équipes sur place. Notre implantation en Suisse romande ne constitue plus une tête de pont suffisante.

www.sqli.ch
www.wax-interactive.com/fr-ch

[ASIDE]

Les clients de SQLI et WAX Interactive Suisse 

Nespresso, Canton de Vaud, Visilab, CIO, La Vaudoise, Hospice Général, SGS, SIG, JTI, PMI, BCV, BCF, ETA, eJust, L’Oréal, EPFL, Lausanne Tourisme, mystore.ch, Tamedia, Université de Fribourg, groupe e, Sunstar[/ASIDE]

Tags

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer